24 novembre 2014

Pays-Bas


La Fondation Moria a vingt ans

La Fondation Moria, qui vise à héberger de jeunes ex-détenus, a vingt ans. Pour partager avec d`autres le vécu des personnes de Moria avec ces jeunes, une conférence se déroula le 13 novembre dans les locaux de Moria à Nimègue. Le thème en était : « Apprendre à vivre entre espace et règles ».

Le Frère Jacques Scholte, un des fondateurs, raconta comment tout a commencé très simplement voici vingt ans. L`ouverture de Moria s`accompagna à l`époque d`une annonce dans un journal régional sous le titre : « Des Pères accueillent des vauriens ».

Ensuite, André Stuart, le directeur de Moria, expliqua qu`on y offre un séjour où les personnes peuvent réfléchir à leur destin. Moria stimule des jeunes dans l`idée qu`ils en valent la peine et les soutient à conquérir leur liberté, car en fermant la porte de la prison derrière vous, un long processus de croissance vous attend. Une courte projection avec des images des collaborateurs et des jeunes du passé montra ce qui importe à Moria.

En préparation de la conférence, un blog fonctionna comme moyen de réflexion public en recherche de l`équilibre en matière de soin des ex-détenus. Prirent la parole, des aidants, des dirigeants, des juristes, des psychologues, des dirigeants de paroisse et des résidents actuels ou anciens, autour de la question : comment mettre en pratique un bel idéal – apprendre à voir et voir des jeunes autrement ? Arjan Broers, maître du blog, raconta au cours du symposium les expériences de vingt ans de Moria. Il constata qu`on se plaint beaucoup du système, de la méfiance et de la méconnaissance de l`essentiel du travail. L`avis de Broers : Organiser à partir de la confiance et du désir. La qualité du travail dépend de cette attitude. A Moria, l`inspiration des religieux place l`homme au centre. En conclusion : faillir est normal. Une partie des jeunes rechute et cela fait mal. Il faut continuer à regarder ces jeunes, même dans l`obscurité. Car nous espérons tous faire partie d`une société qui autorise l`essai et l`erreur et qui fournit une aide.

Après cette partie centrale du programme, les participants poursuivaient le dialogue en petits groupes dans trois ateliers. On y proposa des questions telles que : Le système définit-il les valeurs ou nous ? Et comment faire cela ? Ce fut une après-midi qui inspire pour le groupe mixte de professionnels du secteur soignant/jeune/détenu, de dirigeants, ex-détenus, religieux et étudiants.

Will van de Ven,

KNR (Konferentie Nederlandse Religieuzen)

 

Alle rechten voorbehouden © Maristen | Webdesign by: WEN Kunst Webdesign | Login