13 novembre 2015

Les Maristes en Allemagne


Nouvelles des collèges de Cham et Mindelheim

Différents événements ont eu lieu ses dernières semaines à Cham et Mindelheim. Voici une brève relation de ces événements.

MN4

Mindelheim : réaménagement et bénédiction des ateliers

La directrice du collège, Mme Maria Schmölz, a remis officiellement, lors d’une petite cérémonie, « les ateliers réaménagés » aux élèves et à leurs professeurs qualifiés. Dans sa brève allocution, elle insista notamment sur trois points importants de l’éducation mariste : le développement des capacités manuelles, intellectuelles et spirituelles. En d’autres mots : éducation et formation des mains, du cœur et de l’esprit. Le Frère Mi­chael Schmalzl et l’aumônier de l’école demandèrent la bénédiction de Dieu sur ces ateliers et leurs différentes activités.

Les élèves présentèrent ensuite quelques-unes de leurs réalisations pratiques : un piano en carton et bois ainsi que d’autres objets réalisés dans différents métaux. Tous les élè­ves se déclaraient « fiers du travail de leurs mains » – en fait, une belle devise pour le travail d’atelier au Collège mariste de Mindelheim.

Frère Heinrich Schamberger

MN3      MN1

Cham : Service d’accueil durant l’Eucharistie pour les nouveaux Maristes

La célébration eucharistique des classes de cinquième était placée sous la devise « Com­ment devenir Mariste ? »

Que le terme « Mariste » était à mettre en rapport avec Marie, les élèves en étaient bien vite conscients. Lors du sermon, le prédicateur posa la question « de la personne la plus importante dans leur vie ». La réponse générale fut : « ma mère ». Et de conclure, il en fut de même pour Jésus qui grâce au « Oui » de Marie a pu revêtir notre condition humaine et devenir ainsi un des nôtres. C’est la raison qui a poussé les Maristes à choisir Marie comme exemple. Toute la question sera de savoir vers quel genre homme je veux m’orienter. Quelqu’un de généreux ou d’avare, aimant ou plein de haine, com­préhensif ou rancunier ? Les Maristes, eux s’engagèrent à suivre Jésus à la manière de Marie. Nous retrouvons cette orientation dans la devise : « Tout à Jésus par Marie ».

A la fin du sermon, M. Hans Staudner, professeur de religion, présenta aux élèves un cadeau de bienvenue : Un porte-clefs de valeur avec au centCham2re une femme sans visage. Sa signification : Si le jeune se décide à suivre Jésus à la manière de Marie alors il sera le visage vivant de Marie, dans notre monde. Ce cadeau à la fois symbolique et pratique est sensé ac­compagner les élèves durant tout leur parcours scolaire… et au-delà. A la fin de l’Eucharistie, le vicaire bénit les porte-clefs et le directeur de l’école, M. Maier, remit un porte-clefs à chaque élève.

Cham : Pèlerinage en moto

La destination de l’annuel pèlerinage en moto des anciens élèves maristes était l’abbaye des moines bénédictins de Muri-Gries, dans les environs de Bozen (Tirol du Sud/Italie). Le pèlerinage débuta par quelques moments de recueillement et de prière, animés par M. Staudner, professeur de religion et organisateur de l’événement. La randonnée motorisée passa par Munich, Mittenwald et le Brenner, jusqu’au col de Pens. C’est là que nous avons retrouvé le Père Otto Grillmeier, moine du couvent de Muri-Gries. Le Père Otto est un passionné de randonnées en moto. Il mena tout le groupe par des routes sinueuses et parfois fort abruptes jusqu’au couvent. Après s’être installés dans leurs chambres, les « motards » eurent droit à une visite du couvent, sous la direction du Père Otto. L’abbaye, ancien château, a plus de 800 ans. L’arboriculture fruitière et la viticulture permettent aux 11 moines de vivre et de s’occuper des paroisses environ­nantes et d’une maison d’étudiants.

Après le souper et les « Vêpres » chantés par les moines, tous se sont retrouvés pour une rencontre conviviale autour d’un bon verre de vin monacal.

Cham1

La pluie nous accompagna le jour suivant sur la route du col de Mendel en direction du lac de Garde. Une nouvelle couche fraîche d’asphalte rendue glissante par une pluie continue fut à l’origine d’un dérapage et d’un atterrissage forcé et douloureux du Père Otto et de Hans Staudner, dans un champ de blés. Heureusement, plus de peur que de mal et le groupe a pu poursuivre sa route jusqu’au lac de Garde, avant de rejoindre à nouveau le couvent via Arco.

La journée se termina par quelques moments de prières d’action de grâce dans la cha­pelle des Pères et un échange aussi agréable qu’amusant avec les moines. Bien sûr, qu’on repassa tous les événements heureux et « tragiques » en revue.

Nous avons pris congé du Père Otto sous un soleil brillant. La route du retour sera cependant marquée par la pluie et des rafales de vent. Tous étaient enchantés et heu­reux d’avoir pu participer à cette expérience à la fois belle et unique.

Marion Donnerbauer

 

Alle rechten voorbehouden © Maristen | Webdesign by: WEN Kunst Webdesign | Login